Lorsque le 19 septembre 1914, un obus embrase l'échafaudage qui ceinture la tour nord de la cathédrale de Reims, la cité entre dans la mémoire collective sous l'appellation de Ville-Martyre.

Mais Reims acquiert au cours de la guerre une autre image, une autre consécration. Reims n'est pas seulement la ville de la cathédrale mutilée, elle devient aussi un symbole de la résistance militaire, par l'intermédiaire de la clef de voûte du système défensif que représente le fort de la Pompelle situé à 5 km au sud-est de la ville. Reims est surtout le symbole de la résistance civile à l'égard des armées allemandes. En effet, malgré les 1 600 à 2 000 obus quotidiens (parfois beaucoup plus) qui s'abattent sur la cité pendant 1 051 jours, la ville n'est évacuée que le 25 mars 1918. Pendant quatre ans, les rémois vivent sous les bombes et incarnent cette résistance civile. Meurtrie, la ville de Reims l'est essentiellement parce que le front stabilisé s'enroule autour d'elle du nord-ouest au sud-est.

Le monument : Cet ensemble architectural est formé d'un hémicycle de colonnes de pierres, surélevé par un jeu de terrasses. Il est placé dans le Square de la Mission, ouvert sur la place de la République et regardant vers les Hautes-Promenades, emplacement des anciens remparts de la ville médiévale.

Cette œuvre magistrale inspirée des grands monuments de l'Antiquité est l'oeuvre de l'architecte rémois Henri Royer. Sur l'arc en façade centrale on peut lire : "Enfants de Reims tombés au champ d'honneur que ce monument édifié par votre ville meurtrie exprime à jamais son deuil et sa fierté". 4 567 rémois sont morts pour la France et 740 victimes civiles sont décédées au cours de ce conflit.

Au centre de l'hémicycle, sur un socle, la statue en bronze de Paul Lefèvre représente un homme prostré, dans une position proche de celle du "Penseur" de Rodin et évoque la "Pensée accomplissant son effort de résurrection".

De part et d'autre de l'hémicycle, deux bas-reliefs encadrent la statue centrale. Celui de gauche "1914 le sacrifice" montre la peine des familles qui ont perdu l'un des leurs au cours du conflit. Celui de droite "1918 la leçon du passé" est destiné aux générations futures pour qu'elles connaisse le sacrifice de leurs parents et insiste sur la leçon qu'elles doivent tirer de cette douloureuse épreuve.

C'est donc l'un des rares monuments de France qui délivre explicitement un message pédagogique.

L'inauguration a lieu tardivement, après la reconstruction de la ville, le 1er juin 1930 par André Maginot ministre de la Guerre, Paul Marchandeau député-maire de Reims, le cardinal Luçon archevêque de Reims et en présence du Maréchal Pétain.

Il n'y a pas de noms inscrits sur l'édifice. La liste des morts est scellée dans une des pierres du monument.

N.B. Le monument sera abîmé lors des bombardements de mai-juin 1944 et à l'occasion de sa réfection après la guerre, les années 1914 et 1918 gravées de part et d'autre du monument seront effacées.

- Liste des noms sur Mémorial Gen Web

- Cimetières militaires et monuments aux morts de la Grande Guerre (textes Alexandre Niess)

- cndp.fr/crdp-reims.fr

- Guide Illustré Michelin des champs de batailles "la Marne et la Champagne"

- Histoire-Image.org

Reims : Un Monument aux Morts Pédagogique
2012, 2013 et 2016 (cliquez sur les photos)
2012, 2013 et 2016 (cliquez sur les photos)
2012, 2013 et 2016 (cliquez sur les photos)

2012, 2013 et 2016 (cliquez sur les photos)

La partie droite : Hommage aux familles des morts :

Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

La partie gauche : Le message aux jeunes générations :

Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

La partie centrale avec la statue et la signature du sculpteur. En dernier l'emplacement de la flamme :

Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

Reims : Un Monument aux Morts Pédagogique

Autour du monument et la perspective sur les Hautes-Promenades. Les 2 dernières photos montrent les fresques situées au niveau de l'hémicycle et derrière les groupes sculptés. Malheureusement il y a quelques inscriptions inappropriées.

Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

Reims : Un Monument aux Morts Pédagogique
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

Reims : Un Monument aux Morts Pédagogique

.

Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :

Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :
Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :
Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :
Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :
Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :
Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :

Quelques cartes postales : avant la Deuxième Guerre Mondiale, en 1944 et après guerre (cliquez sur les photos) :

Le monument vu des Promenades, avec au premier plan le monument en hommage à la Résistance.

Le monument vu des Promenades, avec au premier plan le monument en hommage à la Résistance.

Pour finir, un petit diaporama du spectacle de son et lumière projeté sur le monument lors de la commémoration des 70 ans de la Reddition allemande, le 7 mai 2015. Les photos montrent le début du spectacle évoquant la Première Guerre Mondiale et l'incendie de la Cathédrale, les vainqueurs et le début de la construction européenne :

Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

Retour à l'accueil