Située dans la Champagne Picarde, sur le flanc gauche de l’Aisne, juste en face de Craonne et du Chemin des Dames, la commune de Roucy (02) est restée française pendant presque toute la durée de la Première Guerre Mondiale, sauf quelques jours du 2 au 13 septembre 1914 et 4 mois en 1918, du 27 mai aux premiers jours d'octobre.

285 soldats sont morts et/ou ont été inhumés à Roucy, mais le village servit surtout de cantonnement aux troupes françaises. En raison de sa situation, il fut un lieu d'observation du champ de bataille et le siège de plusieurs états-major de divisions. C'est là que 6 soldats condamnés à mort par les conseils de guerre des 55e et 9e divisions d'infanterie siégeant à Roucy ont été exécutés en 1916 et 1917 :

- Lucien BALEUX (engagé volontaire, âgé de 19 ans), Emile LHERMENIER, Félix MILHAU et Paul REGOUDT du 96e R.I. fusillés le 22 mai 1916,

- Théophile BOISSEAUX, du 246e R.I. est fusillé le 6 juin 1916,

- Henri Désiré VALEMBRAS du 313e R.I. est fusillé le 13 juin 1917.

Tous ont été fusillés après une condamnation par un conseil de guerre pour "refus d'obéissance" alors que le secteur qu'ils occupaient était l'objet d'effroyables attaques. "L'incident du 96e R.I., le 30 avril sur le Chemin des Dames, préfigure le mouvement d'indiscipline de 1917". Leurs parcours civils et militaires étaient sans reproche... jusqu'à ce(s) jour(s) ou tout a basculé, éreintés par la violence des combats. malgré la réforme de la justice en cours en mai 1916, le général Wirbel refusa de demander la grâce présidentielle pour les 4 condamnés du 96e R.I. Le 30 mai, une semaine après l'exécution, le général Wirbel est limogé, sans motif officiel.

Les corps des fusillés de Roucy n'ont pas été rapatriés dans leurs communes de naissance. Ils sont aujourd'hui enterrés dans la nécropole nationale de Pontavert. Leur tombe porte la mention "Mort pour la France" alors qu'ils n'ont jamais été réhabilités. Seuls 3 des fusillés ont leur nom inscrit sur le monument aux morts de leur commune. Lucien Baleux repose dans la tombe 1393. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Burbure (Pas-de-Calais) depuis 1920, et sur celui de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais). Emile Lhermenier avait 22 ans, il repose dans la tombe 1397. Le 8 juillet 2010, le conseil municipal d'Yvré-l'Evêque (Sarthe) a décidé de faire graver son nom sur le monument aux morts de la commune. Félix Louis Milhau avait 22 ans. il repose dans la tombe 1396. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Bessan (Hérault). Malgré cela, demeure le poids de la honte pour les familles. (Texte du panneau explicatif de l'inauguration).

La stèle : Elle est à l'initiative de l'association "Le Regain de Roucy". C'est une plaque de métal épais, de 2m50 de haut sur 1m de large, posée sur un socle en béton. Le métal découpé au laser représente les contours d'un soldat attaché au poteau d'exécution et de six oiseaux qui s'envolent, symbolisant les six vies. L'absence de métal représente l'absence des soldats qui ont été tués. Une plaque avec les six noms et les dates est apposée dans le bas de la stèle.

Le monument est situé devant la grille d'entrée du château de Roucy où ce sont tenus certains conseils de guerre.

L'auteur est un jeune artiste illustrateur et graveur rémois : Victor Lejeune qui a passé toute son enfance à Roucy.

- Le Regain de Roucy.com

Avant la cérémonie. Cliquez sur les photos
Avant la cérémonie. Cliquez sur les photos

Avant la cérémonie. Cliquez sur les photos

Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos
Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos
Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos
Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos
Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos
Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos
Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos

Panneau explicatif placé sur la grille d'entrée du château de Roucy. Cliquez sur les photos

La cérémonie :

- Discours de Madame Christelle Cas, maire de Roucy.

- Le dévoilement de la stèle, les officiels et dépôts des gerbes. Etaient présents des représentants du conseil général, de la mairie, de la Libre-Pensée, des historiens et beaucoup de passionnés.

- Moment d'émotion quand le violoniste interprète "le Temps des Cerises" et "la Chanson de Craonne" reprise en fredonnant par le public.

- L'implication des enfants qui ont récité des poèmes, dont un d'Apollinaire, blessé non loin de là aux "Bois des Buttes" en mars 1916 :

Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.

Cliquez sur les photos.

La stèle :

Roucy : La Stèle aux fusillés pour l'exemple

.

Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

Roucy : La Stèle aux fusillés pour l'exemple

.

Les gerbes de fleurs :

Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.

Cliquez sur les photos.

Situation de la stèle.
Situation de la stèle.

.

Rappelons ces paroles de Lionel Jospin (alors Premier Ministre) à Craonne en 1998 :

"Que ces soldats "fusillés pour l'exemple" au nom d'une discipline dont la rigueur n'avait d'égal que la dureté des combats, réintègrent aujourd'hui, pleinement, notre mémoire collective nationale".

En cette période de célébrations du Centenaire de 1914-1918, on aurait aimé que ces paroles soient devenues effectives...

Retour à l'accueil