Le Monument National de la Seconde Bataille de la Marne ne ressemble à aucun autre mémorial. Aménagé en 1935 sur la butte qui a vu déferler les armées alliées en juillet 1918, le monument des "Fantômes" scrute les collines du Tardenois.

C'est à Paul Landowski (1875-1961) que l'Etat confie la tâche de matérialiser la mémoire des combattants disparus. Le sculpteur du célèbre Christ Rédempteur du mont Corcovado dominant la baie de Rio-de-Janeiro au Brésil, a ici dessiné l'un des plus émouvants monuments commémoratifs de la Grande Guerre. "Ces morts, je les relèverai" s'était promis Landowski, lui même mobilisé en 1916 dans une section de camouflage. Après une première esquisse en 1919, la commande officielle de l'Etat est passée en 1926. On aurait pu s’attendre à une œuvre glorifiant l’action des armées alliées, mais il n’en est rien. Très influencé par le pacifisme des années 1930, Landowski va réaliser ce monument hors du commun.

Le monument en granit rose de Bretagne, pierre symbolisant l'éternité, est constitué de deux parties. En haut de la butte, le groupe des "Fantômes" figure sept combattants des différentes armées engagées dans la bataille de 1918, serrés, les yeux clos, légèrement penchés en avant. Sur la première rangée on reconnaît la jeune recrue, le sapeur, le mitrailleur et le grenadier. Sur la seconde, le colonial, le fantassin et l'aviateur. Un huitième totalement nu, quitte le groupe et semble s'envoler, c'est le spectre de la mort sortant de son linceul.

A 250 mètres en contrebas, l'allégorie de la France prend les traits d'une femme, haute de 8 mètres, que protège un bouclier assigné à la devise républicaine : la Liberté, l'Egalité et la Fraternité. La France devance le groupe des combattants, leur montrant la voie de la victoire après quatre années de guerre symbolisées par les quatre terrasses successives qui séparent les deux sculptures. En bas, de part et d'autre de l'allégorie de la France, deux blocs de granit rappellent en lettres gravées les unités de la Seconde Bataille de la Marne.

Le monument est inauguré le 27 juillet 1935 en présence d'Albert Lebrun, président de la République. En 1968, c'est un autre président français, le général de Gaulle, qui vient prononcer ici un discours lors de la commémoration du cinquantenaire de la bataille de 1918, en présence d'anciens combattants dont l'écrivain Maurice Genevoix. (Guide Illustré Michelin des Champs de Bataille 1914-1918)

A lire également : Aisne14-18.com et Monuments aux Morts Pacifistes.fr

Pour en savoir plus sur la Seconde Bataille de la Marne : Chtimiste.com et Chemins de Mémoire.gouv

De part et d'autre du monument (cliquez sur les photos).
De part et d'autre du monument (cliquez sur les photos).

De part et d'autre du monument (cliquez sur les photos).

L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)
L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)
L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)
L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)
L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)
L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)
L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)

L'allégorie de la France et son bouclier (cliquez sur les photos)

Les Fantômes de la Butte de Chalmont
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)
Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)

Le groupe des combattants (cliquez sur les photos)

Les Fantômes de la Butte de Chalmont
L'inauguration le 27/07/1935 par Albert Lebrun (montage-photo)

L'inauguration le 27/07/1935 par Albert Lebrun (montage-photo)

Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)
Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)
Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)
Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)
Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)
Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)
Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)
Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)

Le site et le monument vus sous différents angles (cliquez sur les photos)

La signature "PAUL LANDOWSKI COMPOSA ET SCULPTA 1930-1934". Elle s'étend sur le côté droit du monument mais est en contre-jour sur la photo et n'est donc pas très visible.

La signature "PAUL LANDOWSKI COMPOSA ET SCULPTA 1930-1934". Elle s'étend sur le côté droit du monument mais est en contre-jour sur la photo et n'est donc pas très visible.

La vue sur le Tardenois et l'ancien champ de bataille.
La vue sur le Tardenois et l'ancien champ de bataille.
La vue sur le Tardenois et l'ancien champ de bataille.
La vue sur le Tardenois et l'ancien champ de bataille.

La vue sur le Tardenois et l'ancien champ de bataille.

Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.
Cliquez sur les cartes postales.

Cliquez sur les cartes postales.

Retour à l'accueil