Le petit village d'Herpy-l'Arlésienne (197 habitants) est situé dans le sud du département des Ardennes. Il est occupé par les Allemands pendant toute la durée de la guerre (ainsi que tout le département).

Lors des combats acharnés et meurtriers d'octobre 1918, menés en grande partie par les troupes Coloniales, le village est détruit à 95,5 %. Herpy reçoit la Croix de Guerre avec Palmes. La ville d'Arles (Bouches-du-Rhône) aide à sa reconstruction et Mme Frédéric Mistral offre une cloche (visible sur la façade de la Mairie) "en remplacement des cloches d'Herpy enlevées par l'envahisseur pour la fabrication de ses canons. La première de toutes dans cette région dévastée par la guerre. Elle a sonné la joie du retour."

Le 24 octobre, par décret au Journal Officiel, Herpy devient Herpy-l'Arlésienne en hommage à la ville d'Arles, sa marraine. Cette région est un haut lieu de la Grande Guerre.

Le Monument : C'est un groupe de soldats en pierre calcaire. l'ensemble est posé sur un socle comportant les inscriptions. Les deux soldats montent à l'attaque, celui de droite avance en tenant son fusil devant lui, déterminé. Son camarade lui est tombé un genou à terre. Il a perdu son casque et son fusil, il porte la main à sa poitrine, il est touché.. Les yeux fermés, il va bientôt mourir au combat.

Le sculpteur, Alfred Benon, originaire de Saumur est lui-même un ancien combattant. Il est l'auteur d'autres monuments aux morts (dont certains se trouvent en Champagne-Ardennes) et il réalisa un autre exemplaire de ce groupe pour le monument aux morts de Bagneux (Maine-et-Loire). On peut voir sa signature aux pieds du soldat debout.

Le monument est inauguré le 5 juillet 1925. A signaler que ce mémorial rend hommage aux enfants d'Herpy-L'Arlésienne morts pour la Patrie mais également et c'est plus rare, aux "Soldats Français tombés sur le Champ de Bataille de la Commune".

Monument aux Morts.fr

 

Herpy-l'Arlésienne : Monument aux Morts et Mémorial en Hommage aux Marsouins
Remarquez la baïonnette différente.

Remarquez la baïonnette différente.

Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos
Cliquez sur les photos

Cliquez sur les photos

Une des faces du Monument porte la liste des régiments qui se sont battus à Herpy: 21, 22, 23, 24 et 43e R.I.C - 3e Chasseurs d'Afrique - 1, 2 et 3e R.A.C. - 114, 118 et 141e R.A.L. - Cie 14/2, 14/52 et 14/7 Régiment de Génie - 21e R.G. - 22, 30 et 99e R.I. - 9e R.H. - 15, 54 et 58e R.A.C. - 1er R.T. - 3e R.Z. - 1, 2 et 3e Bat d'Af - 4e Spahis Tunisiens et Groupement Colonial du Maroc

Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.

Cliquez sur les photos.

La bataille du 19 octobre au lieudit "Le Moulin d'Herpy" fut des plus meurtrières. Une stèle située sur cet emplacement (à la sortie d'Herpy-l'Arlésienne en direction de Gomont) rend hommage aux Marsouins (Infanterie Coloniale) décimés mais vainqueurs  : 

Extrait de la Bataille du Moulin d'Herpy sur Meuse-Ardennes.over-blog.com :

"Tous les civils qui demeuraient dans la partie nord de la rivière avaient été évacués dès le 10 octobre 1918 et dirigés vers le nord du département, laissant la place pour les actes héroïques accomplis les 19 et 20 octobre, en particulier par les 21e, 22e et 43e régiments d'infanterie coloniale, dont l'objectif était la prise du moulin d'Herpy.

Cette victoire, s'ajoutant à d'autres obtenues les jours précédents, a permis l'accélération de la libération de la région, marquant la capitulation allemande et l'armistice qui suivirent 20 jours plus tard et seulement six jours après l'entrée des Marsouins dans Herpy (le 5 novembre à 8 heures), après la capture d'un grand nombre d'occupants et la relève des combattants des 21e et 22e RIC par le 4e bataillon du 43e RIC, pour terminer la prise complète du site, le 25 octobre suivant.

Ces fantassins, que l'on appelait donc les Marsouins, appartenaient au 1er corps d'armée coloniale de la 5e armée.

Ceux des 21e et 22e RIC, qui combattirent étaient en majorité des jeunes bretons. Ils attaquèrent de front et sous une pluie glaciale malgré d'intenses tirs d'artillerie et de mitrailleuse ce 19 octobre 1918. 482 d'entre eux (330 du 21e et 152 du 22e) y laissèrent leur vie. Une quarantaine repose au cimetière national militaire de Rethel (qui a été créé en 1923).

Des faits très peu relatés dans les journaux à l'époque, car le même jour, les troupes alliées anglaises entraient dans Lille.

Pour poursuivre le devoir de mémoire, l'édification du monument aux Marsouins a eu lieu le 19 octobre 1988, à l'initiative du Colonel des troupes de marines Jean-Charles Vuilemin".

 

.

 

Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.
Cliquez sur les photos.

Cliquez sur les photos.

Inscriptions sur le monument : 

- Sur l'ancre :  "1914-1918  Aux Marsouins dont le Sang a imprégné cette Terre"

- Sur le socle :  "19 octobre 1918 - 19 octobre 1988 - 70e Anniversaire"

Herpy-l'Arlésienne : Monument aux Morts et Mémorial en Hommage aux Marsouins
Retour à l'accueil